Avis de l’ANSES relatif à la migration des composés d’huiles minérales dans les denrées alimentaires à partir des emballages en papiers et cartons recyclés

Crises en cours Le 11/05/2017

L’Anses a été saisie le 19 mars 2015 par la Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes (DGCCRF) pour la réalisation de l’expertise suivante : « demande d’avis relatif à la migration des composés d’huiles minérales dans les denrées alimentaires à partir des emballages en papiers et cartons recyclés ». Au regard des données disponibles sur cette problématique, il avait été demandé à l’Anses :

  1. De proposer une définition des MOH (MOSH et MOAH) issus de la migration à partir des matériaux au contact des denrées alimentaires, ainsi qu’une manière de les caractériser (en particulier les MOAH) ;
  2. De se prononcer sur les méthodes analytiques figurant dans le dossier de la saisine ;
  3. De se prononcer sur les risques liés à la présence de MOH dans les denrées alimentaires et de proposer, si possible, des valeurs toxicologiques de référence (VTR) pour les MOH ;
  4. En cas d’impossibilité d’établir des VTR, il a été demandé à l’Anses de faire le point sur les voies de travail prioritaires et les lacunes existantes du point de vue de la caractérisation de la composition chimique des MOH et de leur toxicité.

Cette information complète les données transmises le 14 avril en relation avec les demandes d’engagement de certains distributeurs.

Recommandations de l’ANSES et perspectives (datée du 17 mars 2017)

  1. Valider les méthodes analytiques existantes

Au vu de l’unique essai inter-laboratoire mené sur un nombre limité d’échantillon, il conviendrait de valider et comparer les techniques analytiques actuellement utilisées dans l’analyse des papiers et cartons recyclés et les aliments, par la mise en place d’essais inter-laboratoires. Ceux-ci devraient être menés sur un nombre d’échantillons suffisant dans l’optique d’obtenir des résultats permettant une analyse statistique robuste.

  1. Mieux caractériser la composition chimique des MOH

Afin de mieux caractériser les substances ou groupes de substances pouvant migrer dans les aliments à partir des emballages en papiers et cartons, il conviendrait d’adopter des stratégies analytiques plus sélectives utilisant par exemple la chromatographie en phase gazeuse bidimensionnelle (GCxGC) de manière à caractériser plus finement la composition des mélanges présents dans les aliments et les emballages. Des détecteurs dotés d’une spécificité plus importante que la détection par ionisation de flamme (FID), utilisée dans les méthodes de référence présentées dans la partie 3.4, mériteraient d’être considérés. La spectrométrie de masse multidimensionnelle ou haute résolution pourrait également constituer une solution adaptée.

  1. Disposer de données supplémentaires sur la contamination des denrées alimentaires par les MOH provenant des emballages en papiers et cartons recyclés

Afin de pouvoir évaluer le niveau d’exposition des consommateurs aux MOH, le GT ESPA recommande de déterminer, à l’aide des techniques analytiques les mieux adaptées, les teneurs en MOSH et MOAH présents dans des denrées de grande consommation. La majeure partie des données actuelles concernant les denrées sèches, le GT ESPA souligne qu’il conviendrait d’investiguer la présence de MOH dans des denrées alimentaires grasses pouvant être emballées directement au contact d’emballages en papier et carton (poisson pané congelé, pizza etc.). En parallèle, le GT recommande d’effectuer des mesures de teneurs résiduelles en MOH au sein des emballages en papiers et cartons recyclés afin de pouvoir caractériser les quantités potentielles de MOH en capacité de migrer dans les aliments.

  1. Concernant la toxicité des MOSH et MOAH

Le CES ERCA et le GT ESPA estiment qu’une meilleure connaissance de la composition des mélanges est un prérequis avant de pouvoir proposer des recommandations d’ordre toxicologique.

Dans l’optique de pouvoir établir une VTR pour les MOSH, des études toxicologiques supplémentaires devront être menées sur des mélanges représentatifs de MOSH, issus de la migration à partir des emballages en papiers et cartons, auxquels le consommateur est exposé. Cela sous-entend que ces mélanges représentatifs soient préalablement caractérisés en termes de composition. Par ailleurs, au vu de l’étude récente de Barp et al. (2017) relatives au potentiel de bioaccumulation des MOSH chez le rat, il conviendrait de poursuivre les recherches concernant l’influence de la structure chimique des MOSH sur leur potentiel de bioaccumulation et leur toxicité.

Compte tenu du caractère génotoxique et mutagène de certains MOAH, et de leurs possibles effets sans seuil, le GT ESPA et le CES ERCA estiment qu’il est nécessaire, en priorité, de réduire la contamination des denrées alimentaires par ces composés.

  1. Limiter l’exposition du consommateur aux MOH et plus particulièrement aux MOAH

Afin de limiter l’exposition du consommateur aux MOH et en particulier aux MOAH, le GT ESPA et le CES ERCA recommandent d’agir en premier lieu sur les principales sources d’huiles minérales dans les emballages en papiers et cartons, qu’il s’agisse d’emballages primaires, secondaires ou tertiaires. En particulier, les experts recommandent l’utilisation d’encres d’impression, colles, additifs et auxiliaires technologiques exempts de MOAH dans le procédé de fabrication des emballages en papier et carton.

De plus, au regard de la forte contamination des emballages en papier et cartons constitués de fibres recyclées, il est recommandé de limiter la teneur de MOAH dans les fibres recyclées. A cette fin, le GT propose :

  • D’examiner la faisabilité d’utiliser des encres d’impression, colles, additifs et auxiliaires technologiques exempts de MOAH32 dans le domaine de l’impression (magazines, journaux et autres papiers graphiques). En effet, les journaux et autres supports imprimés entrant dans la filière recyclage sont identifiés comme les principales sources d’huiles minérales dans les emballages alimentaires en papiers et cartons recyclés.
  • De conduire des études permettant d’identifier, au cours du procédé de recyclage, les étapes (tri, fabrication de la pâte à papier etc.) conduisant à l’introduction de MOH dans les emballages en papiers et cartons recyclés. Ceci permettra d’identifier les leviers technologiques permettant de réduire la contamination des fibres recyclées (tri plus efficace, réduction des contaminations croisées, amélioration du procédé de désencrage etc.).

 

D'autres publications

Toutes les publications
Crises en cours

Oxyde d’éthylène (ETO) : Point à date et CR Réunion des experts des Etats Membres (4/10/21)

Réunion (Webex, Monday 04.10.2021) des Experts des États membres de l’UE, de la Suisse, de la Norvège, de l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA), de la Commission européenne (DG […]

Crises en cours

Interview du Professeur Patrick Berche sur l’intérêt et le rôle de la vaccination pour les salariés qui travaillent dans les entreprises alimentaires

Le Professeur Berche répond aux questions suivantes : POURQUOI EST-CE SI IMPORTANT DE VACCINER L’ENSEMBLE DE LA POPULATION FRANÇAISE CONTRE LA COVID-19 ? CONCERNANT LE MONDE DE L’ENTREPRISE ET PLUS […]

Crises en cours

Fièvre Porcine Africaine point sur la situation au 1/9/2021

La Commission Européenne nous propose un point sur la situation mondiale en matière de Fièvre porcine africaine (FPA, ou peste porcine africaine ou PPA) Si la France reste indemne : […]